Accueil
À propos

Le Club au féminin

Masterqueen 2
Masterqueen 3
Blogue
Connexion
Se connecter au membership
5 trucs pour ta semaine self-care

5 trucs pour ta semaine self-care

Le saviez-vous? Chaque année, je prends plusieurs semaines de vacances pour faire du self-care. Ben oui, je ne suis pas le genre de personne qui travaille 24/7, 365 jours par année.

C’est juste pas productif, selon moi.

Alors nous voilà! Je te partage mes 5 trucs pour une semaine de self-care comme tu le mérites !

 

Self-care

Je prends le temps de faire du travail dans le silence. Je ne prends aucun rendez-vous durant une semaine pour vraiment pouvoir me recentrer dans mes émotions et ce que je ressens. Ça fait un bien fou !

Je crée de l’espace pour réfléchir et créer, c’est ça le plus important pour moi.

Je prends aussi le temps de m’occuper de mon corps ET de mon esprit. Pour moi, le self-care c’est aussi internet qu’externe. Entretenir une belle image de soi, c’est primordial.

J’ai un petit rituel que je fais quand je me lave le visage. Veux-tu l’essayer?

Je masse mon visage et je me dis :

  • Je suis importante,
  • Mes idées sont importantes,
  • Je rayonne,
  • J’ai de bonnes intentions,
  • Je fais une différence,
  • J’ai ce que je veux
  • Et je fais confiance en mes capacités.
J’te jure, c’est important de se dire ses choses là. J’avais une mauvaise estime de moi il y a quelques années seulement. J’ai travaillé vraiment fort pour bâtir ma confiance et c’est tellement important.
As-tu un rituel toi aussi ? Écris-le dans les commentaires ci-bas !!
 

Lecture

J’aime acquérir de nouvelles connaissances et gagner de nouvelles compétences. J’ai l’impression de vivre et de découvrir de nouvelles parties de moi à chaque fois que j’apprends et que j’explore différents sujets. 

Toi aussi ?

Je lis de nouveaux livres sur une base régulière. Je lis tous les jours depuis des années et généralement des livres de non-fiction comme des bibliographies, livres informatifs, etc. Ça fait partie de ma formation continue. Pour offrir un service de TOP qualité à mes clientes, il faut que je continue de me former constamment.

Durant ma semaine SELF-CARE, je fais le plein de livres de différents sujets, dont un sur la spiritualité. J’ai toujours été très connectée à ma spiritualité et je ressentais le besoin d’aller chercher encore plus de support cette année pour m’épanouir dans toutes les sphères de ma vie. 

D’ailleurs, quand j’ai débuté mon parcours entrepreneurial en 2017, il y avait certains sujets que je considérais tabou et qui me mettaient mal à l’aise. L’un de ces sujets est l’argent. Alors pour vaincre mon inconfort, j’ai acheté tous les livres sur les finances et l’argent que je connaissais. Je les ai tous lus.

 

Coaching

Même en vacances, je ne manque jamais un coaching 1-1 avec mes coachs. Je trouve que c’est idéal pour intégrer au maximum mes émotions et croyances qui ressortent. Ça m’aide aussi à me recentrer durant mon temps off et me concentrer sur mes priorités.

J’ai plusieurs coachs pour différentes sphères de ma vie :

  • Mentor Business : Ravi Abuvala
  • Coach Leadership : Andrée Dupont
  • Mentor de paillette (entrepreneure qui brille) : Mélissa Normandin Roberge
  • Coach personnelle et spiritualité & alignement : Mélissa Mayer
 

Focus long-terme

C’est vraiment facile de tomber dans le piège du day-to-day quand tu es entrepreneur.

Tu passes ton temps à gérer des projets, essayer de ne pas manquer de deadline, et éteindre les feux…

Si tu as l’impression que les semaines passent vite et que tu n’as pas le temps de t’assoir et réfléchir à ce que tu veux pour ta business à long terme, il est vraiment le temps que tu prennes une semaine de self-care !

Personnellement, je prends cette opportunité pour faire les tâches qui font avancer la business sur le long terme. Par exemple, je travaille sur ma planification financière, brainstorm marketing, analyse des statistiques et mes projections d’objectifs.

T’sé, les tâches que tu ne sembles JAMAIS avoir le temps de faire durant ta semaine normale!

 

Vie personnelle

Ça vous ai déjà arrivé d’avoir la tête dans le travail que vous oubliez d’avancer vos projets personnels ? J’essaie toujours de prendre le temps et d’avoir une bonne balance de vie professionnelle et personnelle, mais comme beaucoup de Queens entrepreneures, parfois ça ne fonctionne juste pas haha.

Surtout quand je suis en lancement… je me retrouve à être très concentré sur le travail.

Bref, c’est pourquoi j’aime prendre des vacances régulièrement pour me reposer, mais aussi

Je fais des choses qui me font avancer personnellement, par exemple, aller à la caisse pour faire des démarches hypothécaires (j’en ai parlé quelques fois dans mes stories, va voir!)

J’espère que vous avez apprécié ces trucs et que vous prendrez bientôt une semaine (ou deux!) pour vous recentrer sur le ‘pourquoi’ vous êtes en business.

 

C’est tellement important de prendre un pas de recul pour pouvoir faire 10 pas en avant par la suite.

Garde un oeil sur mon blogue, j’écris un nouvel article CHAQUE SEMAINE.

Pour ne rien manquer, suis-moi sur mes pages Facebook et Instagram et abonne-toi à mon infolettre !

Pour des conseils personnalisés et une communauté de Queens badass, joins-toi à notre groupe Facebook YES QUEENS ! Par Amélie Ridendeau.

Mon histoire : comment je suis devenue coach business

Mon histoire : comment je suis devenue coach business

J’ai eu une longue histoire et beaucoup de transitions avant de me retrouver dans le domaine où je suis aujourd’hui comme coach business. Vous me demandez souvent quelle est mon histoire et le parcours que j’ai suivi pour devenir coach. Vous allez voir, mon parcours est très ATYPIQUE! J’espère que cette lecture vous plaira.

 

L'Université

À 18 ans, j’ai fini le CÉGEP, je pars vers l’université. J’avais de grands rêves de pouvoir accompagner des athlètes en dance pour se perfectionner. C’est pourquoi j’ai décidé d’aller faire mon BAC en intervention sportive.

 

Mon expérience universitaire n’était pas ce que je m’attendais. Je suis entré là et c’était vraiment stressant, j’étais constamment angoissée, je ne me voyais pas là. J’ai eu de la difficulté à m’adapter et je voulais vraiment être l’élève modèle.

 

C’est en débutant ma 2e année d’université que j’ai réalisé que ça ne marchait pas du tout… J’ai décidé de quitter l’université pour me concentrer sur mon rêve depuis toujours : devenir danseuse professionnelle.

 

La danse

Sur un coup de tête, je pars faire une session d’été à la School of dance à Ottawa. La dance a joué un très grand rôle dans ma vie depuis mes 14 ans, alors j’étais très excité de suivre ma passion. J’ai fait deux programmes intensifs d’été à Ottawa et à Toronto, et c’était super! Je suis tombé là-dedans et je ne voulais pas faire autre chose. J’ai poursuivi mes études postsecondaires à Ottawa en dance.

 

Rapidement, j’ai réalisé que j’adorais performer et faire de la dance, mais que je ne réalisais pas mon plein potentiel.

 

J’ai réalisé mon rêve de danser sur une scène professionnelle et d’être choisi dans un programme de dance de haut calibre, mais une fois ces rêves atteints, je savais que je pouvais faire plus.

 

Le choix était facile. J’étais rendu à un point dans ma vie où je devais passer à la prochaine étape, au prochain défi. J’avais hâte de voir où l’avenir m’amènerais, mais j’étais un peu anxieuse, car je ne savais pas exactement ce que je voulais faire.

 

J’avais 21 ans. J’ai décidé de quitter Ottawa, terminer une relation toxique dans laquelle j’étais (si tu ne connais pas mon histoire, j’en parle sur ma chaîne YouTube ici) et de retourner vivre avec mes parents.

 

Lancement de ma business

Je n’étais pas trop certaine de ce que je voulais faire, mais j’avais confiance en mes compétences et que je travaillais fort. Alors je suis allé à Montréal pour suivre une formation, je suis retourné à l’université et j’ai lancé mon entreprise comme entraîneur personnelle.

 

Ç’a été une année TRÈS occupée !

 

J’ai réalisé après quelques mois que ça ne marchait pas. J’ai quitté l’université et j’ai décidé de me concentrer à 100% dans mon entreprise.  Il y aura eu un nombre assez élevé de cafés consommés, puis je dirais tout autant de siestes dans l’après-midi. Je me suis consacrée à temps plein sur ma business, à 23 ans.

 

Ça m’aura pris 1 an et demi pour partir de chez mes parents et être profitable, en partant avec aucun financement, aucun BAC, pas d’argent personnel et un retour à la case départ chez mes parents pour bâtir ma compagnie (et aucune idée comment faire fonctionner une business).

 

BEST DECISION EVER !

Je travaillais comme serveuse pour payer mes factures, tout en développant ma communauté sur les réseaux sociaux et en bâtissant une entreprise en entraînement personnel.

 

Comme beaucoup de Queens qui débute, je portais plusieurs chapeaux en même temps. Et c’est ÉPUISANT, mais j’étais très heureuse de suivre mon rêve et de bâtir ma propre business.

 

Grandir ma business

J’ai adoré faire de l’entraînement personnel, mais je voulais aller rejoindre encore plus de femmes. Avec mon expérience à bâtir une entreprise avec RIEN et une formation PNL (programmation neurolinguistique) qui m’a vraiment donné plein d’outils pour me lancer avec confiance, j’ai transitionné à créer ma business en life coaching, ce que je fais aujourd’hui.

 

J’ai eu la chance d’essayer tout plein de choses, de stratégies différentes, de styles d’écriture et des visuels différents. J’ai vraiment pris le temps de découvrir qui je suis et ce que je suis bonne à faire. C’était important d’être passionnée par le travail que je faisais et d’être libre.

 

La liberté pour moi, c’est ce qui allume ma créativité. Il est important de me sentir libre dans ce que je fais et à travers de mes décisions quotidiennes. Je voulais faire ce que je veux, quand je veux et avec qui je veux.

 

Et c'est ce que j'ai réussi à accomplir! Aujourd'hui, j'ai le contrôle sur :

  • mon horaire de travail,
  • mon revenu,
  • avec qui je travaille et je travaille seulement avec des gens qui ont les mêmes valeurs que moi,
  • ce que je crée comme contenu et ce qui me plaît.

 

J’ai vraiment l’impression de vivre selon mes propres termes. J’ai vraiment le contrôle sur mon temps et sur ma vie.

Et ça, c’est la vraie liberté.

 

J’ai filmé une vidéo YouTube sur le sujet avec plus de détails sur mon parcours comme femme entrepreneure ! Va voir la vidéo YouTube ici : Mon histoire de femme entrepreneure – Comment je suis devenue coach business. Profites-en pour t’abonner sur ma chaîne YouTube.

Mes articles de blogue t’aident dans ta business? Je publie un nouvel article de blogue tous les vendredis. Pour ne rien manquer, suis-moi sur mes pages Facebook et Instagram et abonne-toi à mon infolettre ! 

Pour des conseils personnalisés et une communauté de Queens badass, joins-toi à notre groupe Facebook YES QUEENS ! Par Amélie Ridendeau.

6 habitudes à développer en tant qu’entrepeneure

6 habitudes à développer en tant qu’entrepeneure

Aujourd’hui, je te parle des 6 habitudes à développer en tant qu’entrepreneure. En gros, comment j’ai bâti une entreprise à succès en moins d’un an ! Je te donne les meilleures habitudes que j’ai développées dans la première année de mon entreprise.

 

Cet article n’est pas comme les autres. 

 

Je ne vais pas te donner les mêmes trucs que vous avez déjà lus et qui ne fonctionnent pas nécessairement pour tout le monde comme se lever à 5h tous les matins, lire un livre par semaine, porter les mêmes vêtements tous les jours, dormir au plus tard à 10h, etc. La vie n’est pas toujours aussi facile et c’est souvent difficile de suivre ces règles arbitraires.

 

Pourquoi avoir des habitudes et une routine?

Il y a plusieurs habitudes que les entrepreneures font qui sont cruciales pour accomplir des choses qui ont de l’impact. Ces habitudes peuvent toucher plusieurs sphères de ta vie, comme l’alimentation, l’activité physique, le développement de compétences, le plaisir, la gestion de l’horaire et la gestion des émotions.

 

Avoir une routine permet de mieux t’organiser et à atteindre tes objectifs! Ok. Parlons maintenant des mauvaises habitudes qui t’empêchent d’atteindre tes objectifs.

 

1. Pas de stratégie

Une des erreurs que je vois le plus souvent chez les CEO qui débute, c’est qu’elles n’ont pas de stratégie à long terme. 

 

Est-ce que tu te reconnais? 

 

Si tu as l’impression de vivre au jour le jour, passer ta journée à gérer uniquement des urgences et ne jamais savoir à quelle heure tu vas avoir terminé ta journée… alors tu as désespérément besoin d’une stratégie!

 

C’est tellement important que tu prennes le temps de faire ta planification à long terme. Ça va te permettre de mieux savoir où tu t’en vas et te libérer beaucoup de charge mentale!

 

Commence par te demander combien tu veux faire par mois, par année et après. Tu n’as pas besoin de faire toute ta stratégie en une journée! C’est un processus.

 

2. Pas de routine

On parle ici de routine pour développer du succès. Est-ce qu’il y a des actions dans ton quotidien que tu répètes? 

 

N’oublie pas! Ce n’est pas les choses que tu fais une fois qui vont t’amener du succès, ce sont les choses que tu fais plusieurs fois et régulièrement (de manière constante).

 

Assure-toi d’inclure ces 3 éléments clés qui vont faire avancer ton entreprise vers tes objectifs !  En créant une routine pour ces 3 éléments, je te garantis que tu vas sauver plein de temps : la vente,  le contenu et la relation client.

 

3. Pas de gestion des finances

Ahhh la gestion des finances! Je le sais que ce n’est pas toujours évident et que ça peut être stressant de parler d’argent. Mais crois-moi, ne pas connaître ta situation financière est encore plus stressant.

 

Les CEO qui réussissent ont une très bonne compréhension de comment et où l’argent rentre et sort. Les entrepreneures doivent bâtir une stratégie quotidienne pour leurs finances. Ça n’a pas besoin de prendre des heures!

 

D’ailleurs, on parle en détail de la gestion des finances dans mon programme MQ3.

 

4. Pas de systèmes ni optimisation

J’en parle très souvent ! Bâtir des systèmes en place et optimiser tes processus est essentiel pour scaler ta business. Tu veux t’assurer que les tâches qui se répètent chaque semaine soit optimisés pour gagner du tout. Prends l’habitude de tout de suite créer un système chaque fois qu’une tâche se répète.

 

Tu aimerais en apprendre plus sur comment grandir ta business sans travailler 24/7 ? J’ai écrit un autre article ici pour t’apprendre à automatiser, déléguer, outsource ou … Queen it !

 

5. Pas demander de l’aide

Tout est dit ! Tu ne peux pas tout faire seule, c’est impossible. Peu importe, l’aide que tu aies besoin, que ce soit du support de ta famille, ton groupe d’amis, une assistante virtuelle, un massage ou une coach (LIEN), DO IT QUEEN.

 

6. Pas de nouveaux apprentissages

La formation continue pour une entrepreneure devrait faire partie des choses que tu fais tous les jours! C’est pourquoi je trouve ça important de prendre des habitudes de rétrospective tous les jours. Personnellement, je fais du journaling et j’inscris tous les apprentissages de ma journée. Je note les erreurs que j’ai faites et les réussites de la journée pour m’améliorer. 

 

Les échecs sont des opportunités d’apprentissage! Et ça te permet de cultiver ta capacité à t’adapter et t’améliorer.

 

J’ai filmé une vidéo YouTube sur le sujet avec des explications concrètes sur comment adopter de bonnes habitudes et devenir la CEO de ta business ! Va voir la vidéo YouTube ici : 6 habitudes à développer en tant qu’entrepeneure (bâtir une entreprise à succès en moins d’un an). Profites-en pour t’abonner sur ma chaîne YouTube.

Mes articles de blogue t’aident dans ta business? Je publie un nouvel article de blogue tous les vendredis. Pour ne rien manquer, suis-moi sur mes pages Facebook et Instagram et abonne-toi à mon infolettre ! 

Pour des conseils personnalisés et une communauté de Queens badass, joins-toi à notre groupe Facebook YES QUEENS ! Par Amélie Ridendeau.

 

Extrait de mon journal intime à propos du mouvement anti-racisme

Extrait de mon journal intime à propos du mouvement anti-racisme

J'avais envie de faire différent cette semaine pour le blog.

Je te partage un extrait de mon journal.

Lis jusqu’à la fin, c’est important.

(…)

𝟐𝟎/𝟎𝟓/𝟐𝟎𝟐𝟎

Je suis assise dehors ce matin, avec mon café et mon ordinateur, j’ai quelques courriels à répondre et des appels avec de futures clientes à faire.

Hier (le 19 mai dernier), j’ai reçu une vingtaine de femmes lors d’une formation en ligne. Quelques-unes étaient nouvelles, d’autres étaient mes clientes. J’étais tellement heureuse de les voir, et de leur offrir une formation avec ma coach, qui m’as tellement aidé. On a parlé pendant 2 heures de confiance en soi et de leadership.

Ça m’as fascinée de voir qu’après seulement 2 ans, je puisses faire de ma passion, mon rêve, une réalité.Parfois, il m’arrive de me dire que mes objectifs sont trop ambitieux, trop irréaliste, trop (hors de la norme). Et puis, il y a des jours, quand je réalise tout ce qui s’est passé en 2 ans, que je me dit que rien n’est impossible.

Ça m’as émue de voir que j’étais à leur place, il y a 2 ans (bientôt 3 ans).

Ça n’as pas été facile pour m’y rendre, ça m’as paru comme une éternité parfois, parce que j’étais impatiente à ce jour (aujourd’hui). J’avais tellement envie de voir des visages s’illuminer, de voir des femmes briller, et devenir qui elles sont réellement.

J’avais hâte de pouvoir les aider à se réaliser comme entrepreneure, comme solopreneur, ou alors comme leader de changement dans la société. Ça m’as émue. Ça m’as vraiment fait plaisir.

Je me suis aussi questionnée sur l’importance de mon rôle, et je me suis promise d’en faire plus. 𝐉𝐞 𝐦𝐞 𝐬𝐮𝐢𝐬 𝐩𝐫𝐨𝐦𝐢𝐬𝐞 𝐝’𝐞𝐧 𝐟𝐚𝐢𝐫𝐞 𝐩𝐥𝐮𝐬 𝐞𝐧 𝐨𝐟𝐟𝐫𝐚𝐧𝐭 𝐦𝐨𝐧 𝐚𝐢𝐝𝐞 à 𝐮𝐧 𝐠𝐫𝐚𝐧𝐝 𝐧𝐨𝐦𝐛𝐫𝐞 𝐝𝐞 𝐟𝐞𝐦𝐦𝐞𝐬 : 𝐝𝐞 𝐝𝐢𝐟𝐟é𝐫𝐞𝐧𝐭𝐞𝐬 𝐜𝐮𝐥𝐭𝐮𝐫𝐞𝐬, 𝐫𝐞𝐥𝐢𝐠𝐢𝐨𝐧𝐬, 𝐜𝐨𝐮𝐥𝐞𝐮𝐫𝐬, 𝐜𝐨𝐧𝐝𝐢𝐭𝐢𝐨𝐧𝐬 & 𝐞𝐭𝐡𝐧𝐢𝐞𝐬.

Avec un grand pouvoir, viens une grande responsabilité. Et ça, c’est pourquoi que je fais ce que je fais.

 

J’ai écris cet extrait juste avant l’éclat du meurtre de Gorge Floyd.

Les inégalités sont réelles.

Même (et encore) au Canada.

Si je le savais avant les événements des dernières semaines, c’est que plusieurs autres personnes le savaient aussi…

Je me suis sentie coupable, moi aussi.

Ça ne m’as pas empêchée de prendre action rapidement, même si c’était difficile…

Après m’être informée sur le ‘White-fragility’, le privilège des blancs, j’ai compris pourquoi je m’étais sentie ainsi. ‘White fragility’ first developed by Dr. Robin DiAngelo, is described as a “state in which even a minimum amount of (white) racial stress becomes intolerable, triggering a range of defensive moves.”

En français, le ‘White-fragility’ est un concept pour désigné des comportements défensifs qui sont engendrés par un racisme minimal sur les personnes de couleur blanche.

𝐉𝐞 𝐯𝐨𝐮𝐬 𝐬𝐮𝐠𝐠è𝐫𝐞 𝐟𝐨𝐫𝐭𝐞𝐦𝐞𝐧𝐭 𝐝𝐞 𝐥𝐢𝐫𝐞/ é𝐜𝐨𝐮𝐭𝐞𝐫 𝐝𝐞𝐬 𝐯𝐢𝐝é𝐨𝐬 𝐬𝐮𝐫 𝐥𝐞 𝐬𝐮𝐣𝐞𝐭 :

 

Je vous insère une vidéo très pertinente (et amusante même, et rien de très lourd), que j’ai écoutée cette semaine sur l’anti-racisme et le ‘White fragility’. J’étais mal informée, je voyais tous le monde comme des égaux…

J’étais dans mon égo, pas dans mon coeur mais cette vidéo m’as ramenée dans mon coeur.

 
 

Ce que j'ai appris c'est que :

  • Je ne connais absolument rien sur le sujet, et ça m’as jetée par terre pendant 2 jours, j’ai même annulé un coaching. (pauvre moi, il faut bien en rire)
  • Je veux faire une différence, mais ça va prendre du temps et un effort constant, pas juste lire quelques lignes et écouter quelques vidéos.
  • Je suis partiellement raciste, inconsciemment. (et bien involontairement !)
 

Mes questions de réflexions :

  • Comment est-ce que le système de la société actuelle m’as amener à croire que nous étions égaux, que «je ne voyais pas la couleur» ?
  • Comment est-ce que le système de la société actuelle m’as amener à penser que je devais faire quelque chose pour les personnes de couleur noir, sans comprendre les nuances de leur réalité ?
  • Comment se fait-il que je n’ai pas été éduquée sur le sujet du racisme, plus tôt ?
  • Comment se fait-il que je n’étais pas capable de trouver de profil de femmes entrepreneures (basé sur mon réseau actuel) lorsque j’ai eu cette prise de conscience ?
 

Pour conclure, je ne crois pas que j'ai encore les réponses.

« 𝐉𝐞 𝐦𝐞 𝐬𝐮𝐢𝐬 𝐩𝐫𝐨𝐦𝐢𝐬𝐞 𝐝’𝐞𝐧 𝐟𝐚𝐢𝐫𝐞 𝐩𝐥𝐮𝐬 𝐞𝐧 𝐨𝐟𝐟𝐫𝐚𝐧𝐭 𝐦𝐨𝐧 𝐚𝐢𝐝𝐞 à 𝐮𝐧 𝐠𝐫𝐚𝐧𝐝 𝐧𝐨𝐦𝐛𝐫𝐞 𝐝𝐞 𝐟𝐞𝐦𝐦𝐞𝐬 : 𝐝𝐞 𝐝𝐢𝐟𝐟é𝐫𝐞𝐧𝐭𝐞𝐬 𝐜𝐮𝐥𝐭𝐮𝐫𝐞𝐬, 𝐫𝐞𝐥𝐢𝐠𝐢𝐨𝐧𝐬, 𝐜𝐨𝐮𝐥𝐞𝐮𝐫𝐬, 𝐜𝐨𝐧𝐝𝐢𝐭𝐢𝐨𝐧𝐬 & 𝐞𝐭𝐡𝐧𝐢𝐞𝐬. » …

Cette affirmation de mon journal m’indique clairement que le danger de ce mouvement se retrouve dans le désir de se mobiliser pour préserver nos droits et privilèges. (Wow, Amélie, ça c’est un peu narcissique)

C’est pourquoi je ne prendrai plus position pour le mouvement, je vais simplement faire le travail de m’informer et d’être curieuse sur mes réactions dans les événements, je vous partagerai peut-être mes réflexions et mon parcours vers un chemin un peu plus humblement.

Et je t’encourage, en tant que leader de ton industrie, à prendre position pour le mouvement, en faisant d’abord le travail de t’informer et de te sensibiliser à la situation des personnes vivant du racisme.

Être entrepreneure, veux aussi dire que tu as une responsabilité sociale supplémentaire, puisque tu as le pouvoir de diriger consciemment les gens vers des changements positifs.

Je suis toujours ouverte à la discussion, tu n’as qu’à répondre au blog !

Et de rejoindre mon groupe Facebook. (un groupe totalement inclusif pour tous les BIPOC – Black/Indigenous People of Color)