Test Marketing A/B : Des conclusions intéressantes

Test Marketing A/B : Des conclusions intéressantes

Récement, j’ai commencé une infolettre hebdomadaire. J’ai toujours voulu écrire de façon récurrante, pas parce que j’aime la grammaire et l’orthographe (loin de là), mais parce que j’aime pouvoir partager de l’information de différentes manières.

 

Donc en commençant mon infolettre, je voulais faire des tests et expérimenter au maximum les envois que je faisais. C’est de loin la meilleure façon de savoir ce que les gens ont besoin, et aussi de créer un lien de proximité avec l’audience avec laquelle on communique.

 

Les tests sont assez impressionnants. Je t’explique ce que j’ai fait comme expérimentation :

 

💡J’ai envoyé deux emails en test A/B la semaine dernière ! (deux sujets de email différents).

Faire de l’argent, et moins d’anxiété a gagné sur le Open Rate (10,7 % d’écart).

Faire moins d’argent pour faire moins d’anxiété… Tu y crois vraiment ? a gagné sur le Clic Rate (2,2 % d’écart).


 

 

💡 La campagne complète a eu un Open Rate de 42,2%, et un Clic Rate de 3,6%.

Ce qui m’as permis d’observer quelque chose d’intéressant.

Les titres les plus accrocheurs, qui rejoignent plus rapidement les gens, ne produisent pas nécessairement un plus haut Clic Rate.

Ce que je veux surtout, c’est un communauté engagée qui aime ce que je fais, pas juste pour ouvrir et jeter mon courriel.

 

 

Est-ce que je vais choisir un O.R  ( % Open Rate) plus grand ou un C.R ( % Clic Rate) plus grand, vous pensez ?

Je vous donne la réponse !

 

Pour mes médias sociaux, Instagram, Facebook & Youtube, je vais utiliser des titres accrocheurs, puisque les gens consomment rapidement  l’information (le contenant)Pour mes infolettres et mes podcasts et ce qui résonne avec mon audience à un niveau plus profond, je vais utiliser les titres qui occasionnent un plus grand intérêt pour sa profondeur. (Le contenu).

 

L’attention et la rétention de l’attention sont deux choses complètement différente, et importantes dans un rôle complètement différent. 

 

C’est pourquoi tu dois faire les deux, au moment et à l’endroit approprié.

 

Quelques exemples de titres qui attire rapidement l’attention :

– Erreurs (tout ce qui contient le mot erreur)

– 3 ou 5 étapes 

– Argent 

– Facile 

– Rapide

– Simple

– Gratuit

– Sexe (on va pas se mentir là)

 

Utilisez ces quelques mots ou l’attention n’a rien de mal, si

Quelques exemples de titres qui retiennent l’attention :

– Avoir confiance

– Être heureuse ou heureux

– Se sentir bien

– Bien-être

– Possibilités

– Libérée / Libre

– Souffrir

– Trouver un sens

 

Bref, tout ce qui relié à un sentiment ou une émotion plus forte que la première réaction.

L’importance de créer du contenu qui attire l’attention, est d’augmenter sa visibilité rapidement. Le désavantage, c’est que les gens perdent leur engagement émotif envers ce que vous faites, et donc, vous perdez leur confiance.

Ce que vous ne voulez certainement pas. Le plus vite que vous développer de la profondeur dans votre contenu, le plus rapidement que vous gagnerez la confiance de vos lecteurs. J’espère que l’article as été utile, et qu’il t’aidera à créer du contenu de qualité, qui attirera les regards de ton audience, tout en conservant son attention.

 

Laisse un commentaire, ou partage l’article à l’aide des onglets de partage sur les médias sociaux, si tu as apprécié !

10 trucs pour banir le syndrome de l’imposteur

10 trucs pour banir le syndrome de l’imposteur

Est-ce que …

 

 

 

  • Tu penses toujours que tu dois justifier ta place ?
  • Tu es souvent sur le défensive lorsque quelqu’un reproche quelque chose ?
  • Tu as encore de la difficulté à reconnaître ta valeur ?
  • Tu as de la difficulté à te vendre ?
  • Tu crois que tu as besoin d’une formation supplémentaire, ou encore plus d’expérience?
  • Tu crois que quelqu’un va venir te dire que tu ne devrais pas faire ça.
  • Tu sens que tous les autres font mieux que toi, et que tu n’as rien de rien spécial.

 

 

 

Le syndrome de l’imposteur est de plus en plus répandu sur le marché du travail.

 

 

 

Comment ce fait-il que des professionnels avec des formations appropriées et une expérience significative ressentent qu’ils n’ont pas leur place dans leur milieu ou leur environnement de travail? Dans la théorie du développement du soi, on explique le syndrome de l’imposteur par une considération trop élevé de l’évaluation externe de soi.

 

 

 

Le résultat d’une sur-considération de l’évaluation des autres par rapport à soi occasionne un manque au niveau de l’évaluation personnelle de soi. En résumé, plus on accorde d’importance à l’opinion des autres, et plus on diminue notre capacité à effectuer un travail à la hauteur de nos compétences. En d’autres mots, quelqu’un qui expérimente un syndrome de l’imposteur en entreprise peut nuir à l’environnement de travail par un besoin continuel de renforcement positif ou de rétro-actions externe.

 

 

 

 

 

Il y a certainement un manque d’outils mis à sa disposition, lui permettant mal de s’auto-évaluer. J’ai donc dressé une liste qui vont pousser la réflexion de la personne vivant un syndrome de l’imposteur afin que celle-ci puisses faire une évaluation plus approprié de soi.

 

 

 

 

  •  Poses-toi la question : Pourquoi tu fais ce que tu fais ?
  • Comment ce que tu veux faire va servir quelqu’un d’autre que toi même ? (même si ça change la vie d’une seule personne)
  • À quelles valeurs ce que tu veux faire est associée?
  • Quel est ton talent ? Si tu avais à en nommer un seul à nommer?
  • De quoi tu prives le monde si tu ne montres pas ce talent ?
  • Est-ce qu’il y a d’autres gens avec le même talent que toi ?
  • Combien il y en a approximativement qui sont ta compétition de près ?
  • Maintenant, combien de personnes n’ont pas ton talent ? Fais le calcul et mets le dans un pourcentage sur 100. Les chances, sont que le pourcentage des gens qui ont ton talent est inférieur à ce que tu penses.
  • À la place de te poser la question :  Est-ce que je vais y arriver, Est-ce que je suis capable, Est-ce que c’est possible pour moi ? Est-ce que les gens vont aimer ce que je fais ? Pose-toi la question : Comment je vais y arriver. Comment je pourrais être capable ? Comment ça pourrait être possible pour moi ? Comment les gens pourraient aimer ce que je fais
  • As-tu un objectif clair ? À quoi ton objectif sers à quelque chose de plus grand que toi ?
  • Qu’est-ce que tu as déjà accomplis que tu n’aurais jamais cru possible ? Fais une liste de toutes les choses que tu as accomplis qui t’as rendu fièr(e) et que tu ne croyais pas possible au début – Sauter dans la piscine pour nager ? Avoir ton diplôme? Obtenir un travail que j’espérais avoir. Pose-toi la question, en quoi ces choses sont différentes de ce que tu veux faire présentement
  • Est-ce que quelqu’un fais ce que tu veux faire en ce moment ?
  • Si cette personne fais ce que tu veux faire, comment pourrais-tu t’en inspirer ? Si c’est possible pour cette personne, c’est possible pour toi aussi.
  • Sachant qu’il y a plusieurs chemins qui peuvent mener à un même objectif : Dessine sur une feuille ton point de départ (à quoi ressemble ta situation actuelle) et ensuite, dessine un arbre de possibilités : quels chemins pourrais-tu utiliser ? (ça peut être le plus court, comme le plus long, le plus différent ou le plus communs). Le but de l’exercice est de voir toutes les possibilités qui se dressent devant toi.

 

 

 

En conclusion, j’espère que ces réflexions ont pu t’aider à avoir un oeil différent sur ton syndrome de l’imposteur. En effet, tes capacités ne dépendent pas uniquement de l’évaluation des autres, mais de l’évaluation globale de soi.

 

 

 

 

Pour obtenir de l’aide en coaching professionnel et pour avoir plus d’informations sur comment acquérir une meilleure évaluation globale de soi, contactez-moi dans les coordonnées ci-dessous.

 

 

 

 

 

 

Amélie Riendeau, [email protected]

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

Pin It on Pinterest